Comment choisir un entrepreneur en maçonnerie

Assurez-vous que votre entrepreneur est membre de l’AEMQ. Faites soumissionner plus d’un entrepreneur en maçonnerie.

Exigez un contrat écrit : c’est votre meilleure protection.

Vous souhaitez faire exécuter des travaux en maçonnerie ?  Voici des étapes clés :

L’ENTREPRENEUR DÉTIENT-IL LA LICENCE REQUISE ?

Vérifier si l'entrepreneur avec lequel vous désirez contracter est titulaire d'une licence en maçonnerie. À cet effet, vous pouvez consulter le Répertoire des entrepreneurs de l’AEMQ ou téléphoner à l’Association. Aucune loi n’exige tout entrepreneur en maçonnerie d’être membre de l’Association, mais ces derniers doivent obtenir leur licence 4.1 en maçonnerie et déclarer des heures travaillées auprès de la Commission de la construction du Québec (CCQ).

LA SOUMISSION

Avant de faire exécuter des travaux en maçonnerie, il est recommandé de demander une soumission à différents entrepreneurs briqueteurs-maçons afin d'avoir une meilleure idée du coût des travaux à effectuer, et incidemment, de pouvoir comparer les prix.

La soumission devrait être écrite, être détaillée et inclure les points suivants : 

  • la liste des travaux à effectuer et du matériel fourni;

  • le coût des travaux avant les taxes;

  • le taux horaire exigé si des travaux supplémentaires étaient demandés;

  • la durée approximative des travaux;

  • les honoraires et allocations pour les déplacements. 

LE CONTRAT ÉCRIT

Lorsque l'entrepreneur briqueteur-maçon a été choisi, il est conseillé d'exiger un contrat écrit en établissant les principaux termes.

Il existe principalement deux types de contrats d'entreprise :

Le contrat à prix forfaitaire

Il consiste à fixer un prix global pour un ensemble de travaux prévus avec le client. Dans ce cas, à moins d'une clause prévue dans le contrat, l'entrepreneur ne peut pas ajuster son prix en cours de travaux (augmentation ou diminution), et ce, même si des changements surviennent en cours d'exécution.

Le contrat à l’heure ou à temps et matériel

Celui-ci consiste à payer l'entrepreneur un taux horaire fixé à l'avance, le matériel acheté pour exécuter les travaux, ainsi que, dans certains cas, un pourcentage de profit. L'entrepreneur doit alors, à la demande du client, rendre compte de l'état d'avancement des travaux et des dépenses faits.

Qu'un contrat soit forfaitaire ou à temps matériel, il est préférable d'y indiquer les éléments suivants : 

  • la liste complète des travaux à effectuer et du matériel fourni;

  • l'échéancier des travaux;

  • le prix total du contrat, si le contrat est forfaitaire;

  • le taux horaire, si le contrat s'exécute à l'heure;

  • le taux horaire si des travaux supplémentaires étaient demandés;

  • les modalités de paiement et les acomptes à verser.

Notez que certaines exigences contractuelles pourront s'ajouter si le client est un consommateur au sens de la Loi sur la protection du consommateur. Par exemple, si un entrepreneur vous sollicite pour effectuer des travaux à votre résidence sans que vous l'ayez préalablement contacté, il devra détenir, en plus de sa licence, un permis de commerçant itinérant délivré par l'Office de la protection du consommateur (OPC). Dans un tel cas, le contrat doit obligatoirement être constaté par un écrit.

LE TAUX HORAIRE RECOMMANDÉ PAR L’AEMQ

L’AEMQ a calculé les taux horaires que devrait normalement demander un entrepreneur briqueteur-maçon compte tenu de ce qu'il lui en coûte pour servir ses clients. En effet, pour avoir le droit d'exercer son métier et de servir sa clientèle, l'entrepreneur doit débourser diverses sommes et respecter les taux de salaire établis par les conventions collectives de l'industrie de la construction. Le prix des matériaux et des fournitures ainsi que les taxes doivent être ajoutés aux taux horaires. Il est à noter que l'entrepreneur briqueteur-maçon n'est pas lié par ces recommandations et que les parties peuvent négocier un taux différent.

Taux horaires recommandés par l’AEMQ

Taux horaires recommandés

L’AEMQ recommande des taux horaires par secteur d’activités. Les taux tiennent compte de tout ce qu’un entrepreneur en maçonnerie doit débourser pour servir un client. Néanmoins, un entrepreneur n’est pas lié par ces recommandations.

L’AEMQ recommande des taux horaires par secteur d'activités : résidentiel lourd et léger, commercial et institutionnel, industriel lourd et léger et génie civil et voirie.

Les taux horaires tiennent compte des conventions collectives afférentes, des cotisations gouvernementales, des coûts des matériaux et des équipements ainsi que leur amortissement, en plus de la TPS et de la TVQ. L'ensemble des coûts pris en compte dans le calcul représente ce que l'entrepreneur en maçonnerie doit débourser pour servir un client.

Les taux horaires sont publiés dans un dépliant à l'attention des consommateurs et des employeurs.

Toutefois, les taux horaires recommandés demeurent à la discrétion du professionnel. D'ailleurs, le briqueteur-maçon peut utiliser le calculateur de taux horaire pour obtenir un taux personnalisé. 

Consultez les taux horaires recommandés par l’AEMQ en vigueur au 29 avril 2018.